Jacques Sparrot, des hackers et des pirates

L’Internet est un outil formidable. Bien utilisé, il permet des choses dont nous n’aurions même pas rêvé il y a vingt ans.

Je surfe responsable
Je surfe responsable

Et puis, il y a les dérives. Celles que l’on constate puis que l’on doit gérer dans nos classes. Plagiat, non-respect du droit à l’image, non-respect des droits d’auteurs, insultes gratuites par Facebook interposé, cyber-harcèlement,… Toutes des problématiques auxquelles mon école tente de réagir, y compris en s’associant à l’organisation Je surfe responsable.

Pour tenter de gérer ces problèmes de manière positive, une initiative a été prise dans mon établissement scolaire pour accompagner nos plus jeunes élèves qui font leurs premiers pas sur les voies numériques. Ils sont dans la première année de l’enseignement secondaire et ont donc autour de 12 ans.
Au départ, il s’agissait de consacrer 2 x 2h de cours ou d’animation sur différents thèmes liés à l’utilisation constructive de l’ordinateur, de certains logiciels importants pour la suite du cursus scolaire (traitement de textes, création de diaporamas), de l’Internet avec les mails et la gestion responsable des outils offerts par les réseaux sociaux. Programme ambitieux.

Il s’est avéré que la première leçon visant à apprendre à utiliser les mails, prévue pour une période de 1h, a débordé sur une deuxième heure sans même pouvoir être achevée. Que faire alors pour traiter les thèmes restants, y compris celui de l’éthique sur les réseaux sociaux quand il reste si peu de temps à y consacrer?

Le mail de Julia (que je salue)
Le mail de Julia (que je salue)

C’était sans compter sur l’enthousiasme de mes élèves dont certains montrent une soif intense de connaissances et de pratiques en informatique. D’aucuns allant jusqu’à devancer le premier cours et réalisant le travail à effectuer en autonomie. Face à cette demande, l’idée de poursuivre le « cours » en dehors du présentiel a germé avec la mise en place d’une animation permanente, tout au long de l’année scolaire, sur les thèmes à aborder.

J’en viens à imaginer un jeu organisé en ligne dans lequel les élèves sont conviés à participer à diverses épreuves au cours desquelles ils pourront gagner des points de compétences dans les domaines qui nous intéressent.

Il s’agira d’apprendre à voir, ressentir puis comprendre certains problèmes, y compris parfois leurs aspects légaux: spam, hoax, harcèlement,…

sparrot
Le Capitaine Jacques Sparrot (le frère de l’autre). Meneur du jeu

Le thème choisi sera celui des pirates et des hackers. Le meneur de jeu sera le bon pirate Jacques Sparrot (pour des raisons de droits sur le nom de l’autre). Il a d’ailleurs son compte Facebook et espère se faire des amis.

Le jeu devra comprendre des aspects individuels (chacun doit être capable de réaliser certaines actions) et des aspects collectifs (dans lesquels des valeurs autour de la solidarité peuvent être mises en évidence). Acquisition de badges de compétences individuels nécessaires pour permettre à l’équipe « classe » de réussir une épreuve, compétition inter-classes. Les badges s’acquièrent en réussissant des épreuves ou en évitant des pièges tendus par le meneur de jeu.

La suite quand des éléments plus concrets auront été testés sur le terrain.

3 thoughts on “Jacques Sparrot, des hackers et des pirates

  1. Bonjour
    Merci pour l’intérêt que vous voulez bien porter à mon travail.
    La publication de l’article que vous avez pu lire avait surtout pour ambition de me forcer à aller de l’avant et à concrétiser plus rapidement des idées encore trop éparses. Je me suis mis au pied du mur immédiatement en rentrant d’une très stimulante réunion du groupe de travail « Je surfe responsable ».
    Concrètement, je vais certainement avancer en tâtonnant, dans la recherche; mais, clairement, je n’ai pas encore de plan d’attaque bien établi.
    Quoiqu’il en soit, je laisserai des traces de notre parcours au fur et à mesure de son déroulement. Ici ou sur https://twitter.com/ymairesse
    Tous les commentaires seront accueillis avec grand intérêt, fussent-ils négatifs.

  2. Avez-vous déjà été plus loin dans la scénarisation ? Vous avez déjà globalement les objectifs, le concept de base … Mais avez vous déjà une maquette, un prototype ? Etant moi même prof et actuellement en formation continue (master en ingénierie pédagogique) votre projet m’intéresse énormément.

Comments are closed.